fbpx

Humour & Simplicité

Humour & Simplicité

Au début, canaliser pour moi était quelque chose de sérieux.

Je suis normalement une personne qui aime beaucoup rire et faire d’excellentes blagues, mais quand j’en venais à la canalisation, je devenais Miss Rigide. Je ne sais pas trop pourquoi ou comment, mais je m’étais  convaincue que pour mieux connecter, j’avais absolument besoin d’outils divers (que ce soit mettre de la sauge dans ma pièce de travail, avoir trois chandelles autour de moi, etc.).

Avant chaque canalisation, j’avais aussi des rituels assez complexes durant lesquels je me protégeais, j’appelais mes Guides, je me connectais, blablabla.  Quand je commençais (finalement) à canaliser, j’étais brûlée.

Et au fil de ces rituels et outils, deux choses me chicotaient :

  1. Comment se faisait-il que, plus je m’enfonçais dans cette rigidité, moins je sentais la fluidité et la connexion que je recherchais tant?
  2. Et pourquoi est-ce que j’avais des informations qui me venaient hors de cette rigidité, que ce soit à l’épicerie, par exemple. Comment se faisait-il que je devais travailler si fort quand en fait, les infos rentraient aussi à des moments imprévus, et ce sans aucun effort….

J’avais complexifié la tâche, parce que j’avais la trouille de ne pas être capable de « connecter » quand j’aurais besoin de « performer », mais aussi pour me protéger de possibles attaques d’entités, ce dont certaines personnes m’avaient prévenue par le passé.

J’étais dans la peur et dans le doute, et je n’avais pas de fun pantoute. Ça rime en crime.  

J’ai finalement décidé de faire un 180 degrés et de tout simplifier. Tout ce que je n’avais pas envie de faire, j’allais y mettre fin et revenir à la base, soit ma connexion avec moi-même, et donc avec mon équipe. Fini les 3000 rituels; j’ai décidé que ce serait  juste moi qui connecterais avec mon équipe, qui recevrais les messages en toute fluidité et simplicité, pour les transmettre à qui en aurait besoin.

Et ça a marché. Me donner cette liberté de faire seulement ce que j’avais envie de faire m’a redonné le goût de canaliser (vous avais-je dit que j’étais devenue moyennement motivée, juste à penser à toutes les étapes avant de finalement connecter?)

J’ai aussi décidé de ne pas réprimer ma personnalité durant les canalisations. J’avais l’impression que je devais écouter du Snatam Kaur à longueur de journée, pour être en mode ultra zen, et donc mieux connecter. Quand en fait, je canalise à mon meilleur quand je suis heureuse. Bien sûr, écouter la musique de Snatam Kaur me rend heureuse, mais j’aime aussi la musique quétaine et je ne nie plus mon amour des Backstreet Boys.

(N’essayez pas de me juger; vous avez sûrement des p’tits plaisirs coupables aussi. Assumez-vous!)

Faire ce que j’aime augmente ma fréquence, et me permet de connecter plus vite et plus fluidement.

Je pense que la simplicité est l’OUTIL principal. Faites ce que vous avez envie de faire. Vous voulez allumer 32 chandelles blanches, allez-y fort. Ne vous privez pas, tant et aussi longtemps que ce que vous choisissez comme rituels et outils résonnent avec vous et vous rendent heureux.

Bonne connexion!